Archive | J’étale ma science RSS feed for this section

Les graphismes dans les jeux-vidéos

15 Juin

Après presque 3 mois d’absence, voilà que rochermonde revient avec un nouvel article sur lequel elle donne son avis débile sur un sujet que visiblement elle ne maitrise pas. Avec une accroche pareil, qui n’aurait pas envie de lire l’article qui suit, je vous le demande !

Plus sérieusement, hier soir j’étais en discussion sur un chat online (oui ça existe encore), et parmi touts les sujets de discussions qu’il était possible d’avoir, deux personnes ont malheureusement débordé sur le sujet du jeux-vidéo. Oh ça a commencé gentiment au début : Quel est votre jeu préféré ? Votre série de jeu préférée ? Et ainsi de suite jusqu’à ce que quelqu’un ait la mauvaise idée de mettre en avant le fait que les graphismes étaient devenu plus importants aux yeux des joueurs que le gameplay en lui même.

Même si je ne fais pas partie de ce type de personnes, je dois quand même reconnaître que c’est plus ou moins vrai. Même si moi je suis capable de jouer à des jeux d’horreurs indépendants en bits tout pixellisés avec une résolution de 320×240 en y prenant du plaisir, je me doute que ce n’est pas le cas de tout le monde, ce qu’il est difficile de reprocher à ceux qui ont été biberonnés avec des call of duty ou autres Final Fantasy magnifiques.

Mais bref, une des personnes dans ce débat à commencer à jacasser comme quoi les graphismes ne faisaient rien dans un jeu (point sur lequel je suis d’accord) et que quand elle était plus jeune, on n’accordait pas autant d’importances aux graphismes… et c’est là que j’ai envie de dire : GROSSE GROSSE ERREUR !

A l’époque, quand on était en train de jouer sur nos nes et master system en 8 bits et que soudainement nintendo et sega ont décidé de sortir la megadrive et la super nintendo, vous pensez franchement que c’est le gameplay qui nous faisait baver ? Bien sûr que non ! La seule chose qui comptait pour nous, c’était les pubs géniales que l’on voyait à la télé qui nous montraient tout les jeux les plus beaux de ces deux consoles, et bien évidemment les captures d’écrans dans les magazines souillés par nos filets de salives à force de baver dessus.

Ce que je veux dire par là, c’est que même si la course aux plus beaux graphismes en énervent plus d’un aujourd’hui, ce que je peux comprendre, c’était déjà le cas avec nos consoles 16 bits de l’époque. Même a l’époque de la nintendo et de la master system, sur la fin de ces consoles, c’était à qui allait sortir le jeu le plus beau sur une console 8 bits pour rallonger la durée de vie de la machine (et ça a marché un sacré moment.)

Donc mon point est simple finalement : La course aux graphismes ne datent pas d’aujourd’hui. Je vous rappelle que la cassette VHS vantant les qualités de la super nintendo à l’époque avait quand même le culot d’annoncer que la super nintendo pouvait, je cite, « imiter la réalité. » La megadrive, même si elle se centrait plus sur son « blast processing » (vaste fumisterie) se basait quand même sur des jeux comme sonic ou ecco : the tides of time (deux jeux visuellement magnifique) pour vendre leur machine.

Donc en fait, ma conclusion est simple. Les graphismes comptent dans un jeux-vidéo, ils ne font pas tout, mais dire comme certains que les graphismes ne changent rien dans un jeux-vidéo est une connerie énorme. Est-ce que quelqu’un accepterait de rejouer à super mario world ou Final fantasy 6 sur super nintendo si les graphismes avaient été fait sous microsoft paint par un gamin de 5 ans, même si le gameplay était le meilleur du monde ? J’en doute… les gens reviennent sur ces jeux pour la nostalgie certes, mais également car ils sont magnifiques pour leur époque.

Alors les vieux cons nostalgiques, cessez de jacasser comme quoi les graphismes ne font rien dans un jeux-vidéo parce que, à l’époque, si vous avez réclamé une super nintendo ou une megadrive à vos parents, c’est probablement parce que les graphismes vous ont fait bavés.

Bien à vous, Rochermonde.

Publicités

Le féminisme (et la journée de la femme accessoirement)

8 Mar

Oui non je sais, j’aurais pu faire un titre rigolo, accrocheur, qui vous donne envie de lire l’article. Mais pourquoi faire hein ? Rien que nommer cette ignominie me donne des frissons dans le dos, alors si en plus vous me demandez d’en faire quelque-chose de rigolo, je ne suis pas sûre que mes nerfs soient capable de tenir. Mais je vous sens déjà venir avec vos gros yeux étonnés, votre bouche grande ouverte de par votre étonnement singulier, en train de penser : « Mais, Rochermonde est une femme ! On m’aurais mentis ? Toutes les femmes se doivent d’aimer la journée de la femme ! »

Et je tiens tout de même à demander une chose : Pourquoi j’aimerais ça ? Je n’ai pas besoin d’une journée qui m’est dédiée pour vivre ma vie ou être respectée par mes semblables de sexe masculins. Vous êtes au courant qu’une personne ne se définit pas à son sexe mais de par ses aptitudes et ses capacités ? Et si j’étais fofolle, je pourrais encore ajouter la débrouillardise, l’intelligence, le franc-parler… Vous savez, toutes ces choses qu’une femme, autant qu’un homme, est capable de développer par l’expérience et l’apprentissage. La journée de la femme ? De mon point de vue, ça revient à dire : « Eh grognasse, t’es utile à la société uniquement aujourd’hui donc profites-en parce que demain tu retournes à ta cuisinière, à ton ménage et à tes gosses. »

Simplification hurle les plus dégourdis d’entre-vous. Et ces mêmes dégourdis m’annonceront même probablement que la journée de la femme à pleins d’avantages créé pour et par les femmes, et que en tant que telle, je devrais être fière d’avoir une journée qui m’est dédiée. Juste une question toutefois pour ces personnes : Pourquoi devrais-je être fière d’avoir une journée alors que, techniquement, les hommes en ont 364 pour eux ? Je sais qu’au fil de l’histoire de l’humanité, on s’est contenté de pas grand-chose, mais il y a peut-être un moment ou il faudrait arrêter de vouloir nous faire chier dans des orties non ?

Et je vous arrête tout de suite, non je ne suis pas le moins du monde féministe. Enfin si, je le suis quand les revendications sont logiques. Par exemple, comme ça au hasard, l’égalité des salaires pour un même travail. Vous savez, ce petit truc que les plus grands groupes féministes ne réclament plus depuis belle lurette, préférant se centraliser sur l’étymologie du mot « mademoiselle » et sur comment le foutre loin le plus vite possible de la langue française parce que, vous comprenez, mademoiselle c’est sexiste, mais un salaire moindre pour un même travail, c’est acceptable voyons ! Je crois que le dernier débat en date d’ailleurs, c’est pour supprimer le terme « école maternelle » car il fait comprendre qu’élever les enfants, c’est le devoir de la femme et non de l’homme. Égalité des salaires comme ça au hasard ? Non…? Bon bin tant pis… Après tout, ce n’est pas moi la féministe enragé qui montre ses seins pour faire valoir ses revendications.

Après, je suis sans doute primaire, mais quand je vois à la télévision des femmes montrant leurs atouts en défilant dans la rue, j’ai tendance à me centraliser là dessus et ne pas écouter le moindre mot provenant de mes enceintes. Car oui reconnaissons le, la plupart de ces militantes ont de très jolies poitrines, il faut au moins leur céder ça, mais ça ne fait pas avancer le schmilblick. Si moi, en tant que lesbienne, je me centre sur les seins de celles qui essayent de faire avancer mes droits, qu’en sera-t-il exactement des hommes qui, eux, n’en ont déjà pas grand-chose à carrer de leurs revendications. Oui bien vu là bas dans le fond, ils couperont le son de leur télévision pour éviter d’être dérangée par ces bonnes femmes qui ouvrent leurs gueules alors que leur anatomie est déjà bien assez parlante pour elles.

Après, mais là c’est uniquement pour faire chier hein, mais que je vois que l’un de ces groupes féministes s’appelle « les chiennes de garde »… Comment dire ? La première fois que j’ai entendu ce nom, sans que l’on ne me parle aucunement de tout le contexte qui allait avec, j’ai pensé immédiatement à un porno lesbien.

Donc quand même, parce que je disgresse beaucoup depuis un petit moment là, on va quand même demander à Wikipedia à quoi correspond la journée de la femme (vous savez, le puits de connaissance là…)

« La journée de la femme fait partie des 87 journées internationales initiées ou reconnues par l’ONU. C’est une journée de manifestations à travers le monde : l’occasion de revendiquer l’égalité et de faire un bilan sur la situation des femmes dans la société. Traditionnellement les groupes et associations de femmes militantes préparent des manifestations partout dans le monde, pour faire aboutir leurs revendications, améliorer la condition féminine, fêter les victoires et les avancées. »

Y a-t-il un moyen de faire comprendre à quel point je suis consternée ? Non seulement cette journée ne sert à rien, puisque ceux qui ne savent pas ce qu’elle signifie vont probablement penser qu’elle ne sert qu’as mettre en valeur ce qu’ils considèrent comme le sexe faible, mais en plus on se tape encore plus de seins à l’air et de pornos lesbiens qui manifestent pour des conneries. Mesdames les féministes, je m’adresse à vous, et je ne m’adresse qu’à celles qui ont des revendications faiblardes et idiotes : Est-ce que vous pourriez ouvrir les yeux ?

Montrer vos seins aux hommes ne va pas vous garantir l’égalité des droits, mais il va probablement vous garantir une bosse dans le pantalon de votre interlocuteur. A défaut de faire naître un débat, ça fera au moins naître une partie de jambe en l’air, ou un viol, c’est selon l’humeur du moment. Comment dire ? Vous vous discréditez depuis le départ rien que par vos méthodes, ou simplement votre appellation… Et si en plus les chiennes de garde décident un jour de parader les seins à l’air en hurlant, j’espère au moins qu’il y aura un réalisateur fou pour en faire un montage et vendre ça sur une vieille VHS trouvable uniquement dans les videostores les plus obscurs avec pour titre sur la jaquette : « Les chiennes de garde », et en sous-titre : « Elles vont vous faire aboyer de plaisir. » Je sais ce qu’est le contre-argument : « Mais tout les hommes ne sont pas comme ça. » Oui, c’est vrai… sauf qu’ils ne représentent qu’un très petit échantillon de l’humanité en général, et sauf erreur de ma part vous essayez plus ou moins de toucher les masses non ?

La définition de Wikipedia me fait rire, non pas parce qu’elle est fausse (pour une fois) mais tout simplement parce qu’elle m’ouvre les yeux sur une chose concernant le passage : « Fêter les victoires et les avancées. » Les hommes veulent bien vous accorder ce que vous revendiquez parce que c’est stupide, que ça ne change rien pour eux et que, en plus, avec vos grandes gueules vous les ennuyez sans doute profondément et qu’il ne souhaitaient qu’une chose : Vous voir vous taire (et je dois avouer que je suis de leur coté sur ce coup là.) Donc oui, vos victoires et avancées s’apparentent au bonbon qu’on refile à un gamin criard juste pour qu’il ferme sa gueule ne serait-ce que 5 minutes… Quelle merveilleuse avancée pour la femme !

Je ne vais bien sûr pas parler de vos manifestations pour le mariage Gay qui nous discréditent (une fois de plus) encore plus que lorsque vous ne foutez rien. On a déjà assez de mal à faire comprendre aux hommes et aux femmes qu’on aimerait bien pouvoir se marier sans pour autant les faire chier dans leurs vies, et venir casser la gueule à des prêtres qui manifestaient pacifiquement contre le mariage gay, ça ne fait pas avancer le schmilblick, ça le fait reculer à des niveaux abyssaux encore insondés à ce jour (à part par vous, mais vous vous avez l’habitude d’être au fond du trou sans vous en rendre compte, c’est là toute la différence.)

Du coup je ne sais pas vraiment conclure cet article… Il ne va rien changer, il y aura toujours de sombres connes pour revendiquer sur des trucs dont le commun des mortels n’a strictement rien à carrer, il y aura toujours des injustices car les mêmes sombres connes n’ont toujours pas compris que revendiquer de la merde ne sert à rien, et il y aura toujours des hommes pour se servir de ses mêmes sombres connes et les encourager dans ce qu’elles réclament afin de les éloigner de ce qui est important.

Bref, le féminisme extrémiste me débecte. On aura fait un grand pas en avant quand elles se rendront compte que tout ce qu’elles font correspond à peu près à une division par zéro. C’est impossible à faire, inutile et personne n’a envie d’essayer parce que personne n’en a rien à faire.

Et pour finir : Merci d’alimenter le cliché disant que les féministes sont des vieilles connes mal-baisées. Ça doit vraiment faire plaisir à celles qui luttent réellement pour faire avancer l’égalité entre les hommes et les femmes (et par là, j’entends celles qui ne paradent pas les seins à l’air en hurlant qu’elles ne veulent plus être traitées comme des objets. Contradictoire ? Oui.)

Bonne journée à tous.

Le mutisme pour les nuls

22 Fév

Il n’y a pas grand-monde pour le savoir sur cette merveilleuse toile qu’est le web (ouais je viens de me répéter et alors ?) mais je suis muette. Attention hein, je ne dis pas ça dans le sens ou je ne parle pas beaucoup, mais dans le sens ou je ne parle pas du tout… et c’est de naissance. Je suis née sans cordes vocales, ce qui fait que je n’ai jamais pu parler, encore moins émettre le moindre son et que moi, contrairement à vous, je peux tousser et me racler la gorge sans faire de bruits ! (Oui oui je vous vois essayer dans le fond là bande de sagouins ! Inutiles vous n’y arriverez pas.)

Enfin bref, je ne fais pas cet article pour me plaindre de mon « handicap » puisque je ne le considère pas comme tel. En fait, je tient à recenser ici les 10 questions (ou affirmations) que l’on me dit tout le temps dès que j’annonce que je suis muette de naissance… Les questions que vous croyez tous poser pour la première fois et que j’ai déjà entendue des milliers de fois avant cela. Allez hop, sans transitions c’est partit !

1) Donc tu connais le langage des signes ?
Je suis muette, pas sourde…

2) Mais alors, comment tu as fait pour communiquer avec tes parents quand tu étais petite ?
Apparemment l’écriture a été inventée environ 4000 ans avant Jésus-Christ…

3) Mais d’accord, t’as pas de voix, mais tu peux murmurer non ?
Je dois me répéter ? Je suis muette DE NAISSANCE ! Je n’ai jamais appris à articuler des mots car je n’en avais aucune utilité. Croyez moi, quand un gosse se rends compte que rien ne sort de sa bouche, il s’emmerde pas à apprendre à parler hein.

4) Tu rêves que tu parles des fois ?
Je sais pas… Tu rêves que tu utilises le langage des signes des fois ? (Bin oui vous êtes pas les seuls à pouvoir poser des questions connes hein !)

5) Mais… Alors t’es allée dans une école spécialisée pour les gens comme toi !
Je tiens à préciser que j’adore le terme « les gens comme toi » qui me fait bien comprendre que je ne suis pas normale, un rebut de la société et que je suis tout juste bonne à aller étudier avec les déchets du même genre que moi ! Et bien non mes amis, je suis allée dans une école normale car mes parents se sont battus pour ça, et j’ai moi aussi passé des examens oraux… à l’écrit. J’écrivais en face du prof à mesure qu’il posait les questions. Oui c’est con, mais puisque j’étais dans une école publique pour enfants « normaux », les profs me disaient qu’il n’y aurait pas de traitements de faveurs. Maintenant grâce à ça, vous savez aussi que j’ai passé des examens oraux en étant muette… vous pourrez briller en soirée bande de chenapans !

6) Donc t’as pas de téléphone portable non ? Enfin je veux dire, c’est inutile pour toi !
Y a visiblement pas mal de monde qui a oublié que les téléphones portables de nos jours peuvent servir à écrire des sms, à surfer sur le net et même à envoyer des e-mails (si si, sortez donc de votre faille temporelle voyons !). Donc oui j’ai un téléphone portable, et oui j’ai des amis qui m’appellent. Des amis qui me connaissent et qui m’appellent pour me dire des choses auxquelles je n’ai pas à répondre.

7) Pourquoi tu n’utilises pas un de ces appareils que ceux qui ont eu un cancer de la gorge ils utilisent là ?
En premier lieu parce que, et je me répète, je ne sais pas articuler. Je n’ai jamais appris les mots. En deuxième lieu, tout simplement parce que c’est moche et pas féminin du tout… Et que j’ai beau être muette, je reste une femme qui n’as pas envie de passer pour un terminator dès qu’elle ouvre la bouche.

8) Haha, tu ne parles pas donc t’es la femme parfaite quoi !
Vient donc exposer tes couilles à proximité de mon genou et répète ça pour voir ?

9) Tu as une petite amie c’est ça ? Elle est muette elle aussi ?
Bien évidemment voyons. C’est bien connu. De même, tout les handicapés moteurs se mettent avec d’autres handicapés moteurs, tout les aveugles se mettent avec d’autres aveugles et tout les sourds avec d’autres sourds. On est réunis en caste et il ne faudrait surtout pas qu’on se mêle à la foule des gens « normaux » !

10) Tu n’as jamais pensé à te faire greffer des cordes vocales ?
Bon là… ça devient lourd mais je ne sais PAS parler. Même si la greffe des cordes vocales existait, je parviendrais sans doute à dire des trucs du genre « blourg blourg » « fjdiofsdo » avec mes lèvres… et ça me ferait paraître tellement intelligente !!! Et de deux… et bien la greffe des cordes vocales n’existe pas, et si elle existait… j’aurais un peu peur du résultat. Les médecins ne sont pas à l’abri d’une erreur et me retrouver avec la voix de Robert, 45 ans, camionneur de son état, c’est bof bof hein… A bien choisir je préfère encore le machin qu’utilisent ceux qui ont eu un cancer de la gorge.

Voilà… Evidemment, il y en a encore pleins d’autres, mais j’ai sélectionnée les plus récurrentes. Maintenant, si un jour vous tombez sur moi, vous saurez peut-être les questions qu’il ne faut pas me poser. A l’inverse, des questions banales du genre « qu’est-ce que tu fais dans la vie ? » ou « Quelles sont tes aspirations futures ? » je n’y ai absolument jamais droit. Voilà voilà. Un article un peu moins long mais… qui fut plaisant à écrire histoire de me décharger un peu de cette douce colère qui monte dès que j’entends une de ces questions à la con. Ce sera tout ! Bonne journée à vous tous.

Question bonus) Tu attaches ta petite amie, mais tu la bâillonnes pour te venger du fait de ne pas pouvoir parler hein ?
Non je le fais parce que ça m’excite connard.

Le bondage selon kikipedia

9 Fév

De quoi ? Vous vous attendiez à ce que je me présente ? A ce que je vous explique la raison d’être de ce nouveau blog qui vient polluer la toile et dont l’administratrice qui sait toujours mieux tout que tout le monde puisqu’il s’agit de SON avis et non pas du VOTRE vous l’explique ? (Si vous avez lu cette dernière phrase en pensant qu’il ne s’agit pas d’ironie, vous êtes prié de me foutre le camp séance tenante, je n’ai pas envie d’héberger des cas sociaux qui ignorent la définition du second degré, merci bien j’ai eu mon quota ce mois-ci.) D’un autre coté, si vous êtes ici pour repérer mes fautes de syntaxes et d’orthographes, vous allez pouvoir vous en donner à cœur joie mais il n’est pas dit que je ne vous ignorerais pas. Je suis ici pour faire partager mon ignorance savoir, pas pour autre chose.

Enfin bref, puisque je n’ai pas l’intention de me présenter et que visiblement vous n’avez pas plus envie de savoir quel genre de fille je peux bien être, autant commencer directement avec l’article en lui même, celui qui donne sa raison d’être à l’article qui a forcément attirer votre œil.

Peut-être vous êtes vous découvert dernièrement une certaine attirance pour le bondage, ou peut-être que, simplement, ayant entendu ce mot pour la première fois, vous avez décidé de le taper sur google. Je ne dirais pas qu’il s’agit d’un coup de chance si vous êtes tombé sur mon article plutôt que sur le lien décrivant le bondage selon Wikipedia en premier, mais je pourrais au moins vous dire que vous n’allez pas alimenter votre cerveau avec de l’ignorance crasse vous donnant curieusement l’impression de savoir quelque-chose mieux que les autres (curieux mélange je sais).

Résumons par la simple phrase de Sizefac, un youtuber que j’aime bien : Wikipedia, c’est un site rédigé par des gens qui n’y connaissent rien et approuvé par d’autres personnes qui s’y connaissent encore moins. Le fait que ce truc possède l’appellation d’encyclopédie me dépasse encore pour tout vous avouer, mais qui suis-je moi, nouvelle blogueuse fraichement débarquée sur wordpress pour les remettre en question ? En fait, je ne suis personne en particulier, mis à part quelqu’un qui aime le bondage et le pratique maintenant depuis plusieurs années sans faillir et qui, je pense, à un peu plus vocation à avoir raison qu’un con de site qui se base sur l’avis de psychiatres qui n’ont très certainement jamais pratiqué cet art ou sur la définition du petit Robert qui se révèle être plus formelle que véritablement instructive. Vous me direz qu’un psychiatre à étudié le cerveau humain, la psychologie et tout ce qui se rapporte à notre être psychique, et je pourrais tout aussi bien vous répondre que les babouins dansent la macarena les soirs de pleine lune lorsque personnes ne les regardent. (Et non, je ne vais pas le moins du monde me sentir obligée de vous expliquer le pourquoi du comment de ma contre-expertise. Il s’agit de mon blog et, sauf erreur de ma part, j’y écris encore ce que je souhaite sans avoir à vous demander votre avis il me semble.)

Mais bon… étudions donc ensemble vous et moi pourquoi se fier à Kikipedia pour savoir en quoi consiste le bondage est une erreur d’appréciation et/ou de jugement.

D’habitude, lorsqu’un site s’engage à parler d’un sujet qu’il ne connaît pas, il va vaguement se renseigner quelque-part pour avoir un début d’article un tant soi peu professionnel puis une fois que le lecteur est bien pris dans la lecture, c’est à ce moment là qu’on lui balance des conneries de préjugés en pleine gueule, au moment ou son esprit se révèle être en fait le plus apte à gober n’importe quelle idiotie puisque le cerveau a été conforté dans l’idée qu’il s’agissait de quelque-chose de sérieux, le début de l’article en étant la preuve. Chez Wikipedia, on ne s’embarrasse pas de ce genre de considérations, on raconte des conneries dès la première phrase… Mais jugez plutôt :

« Le bondage est une pratique sadomasochiste qui consiste à attacher son partenaire dans le cadre d’une relation érotique ou sexuelle. »

Aha… Si on allait voir la définition de sadomasochisme maintenant ? Non pauvre malheureux ! Lâchez ce dictionnaire voyons ! Vous êtes sur Wikipedia, l’antre du savoir et de la science, ne quittons pas ce puits de connaissance et regardons ce qu’est leur définition voulez-vous ?

« Le sigle BDSM (pour « Bondage, Discipline, Domination, Soumission, Sadomasochisme ») désigne une forme d’échange contractuel utilisant la douleur, la contrainte, l’humiliation ou la mise en scène de divers fantasmes dans un but érogène. Et au centre des pratiques sadomasochistes et fondé sur contrat entre deux parties (pôle dominant et pôle dominé), le BDSM fait l’objet de pratiques très variées. »

En premier lieu, je ne m’attarderais pas sur le BDSM puisque je ne le pratique pas. Comment ? Je ne pratique pas le BDSM alors que j’ai dis un peu plus haut que j’étais une pratiquante du bondage ? Et bien oui mes chers amis, aussi incroyable que cela puisse paraître, le bondage et le BDSM ne sont PAS liés intrinsèquement comme tente de nous le faire croire Kikipedia, l’encyclopédie librement inspirée des plus grands idiots de la planète (quand ce n’est pas les dits idiots eux même qui y écrivent). Mais… Mais comment est-ce possible ? Wikipedia m’aurait mentit !

Bah, je suis au regret de vous dire que oui, Wikipedia vous a bel et bien mentit. Ce qu’oublie de préciser wikipedia sur son article sur le bondage, c’est que le sadomasochisme est une pratique impliquant (le plus souvent) de la douleur et/ou de l’humiliation… Et non, je n’ai pas volontairement écarté le mot « contrainte » contrairement à ce que pourraient croire les mauvaises langues, il n’a juste pas lieu d’être ici. Attention, je ne dis pas que le bondage ne peux pas ne pas être pratiqué sans masochisme ou sadomasochisme, je dis juste qu’il est possible d’attacher sa partenaire sans pour autant l’humilier, lui faire couler de la cire de bougie sur le dos ou faire semblant d’être Chuck Norris qui achève un méchant. Je sais que ça vous paraît incroyable… Je ne suis pas une experte, mais qui allez-vous favoriser ? Celle qui pratique cet art depuis maintenant bientôt presque 10 ans, ou le site qui se réfère à des psychiatres et des ignorants ?

Je vous sens indécis et c’est bien normal. Vous n’êtes pas en terrain connu et je n’ai pas non plus la prétention de vouloir vous remettre sur le droit chemin (puisqu’il n’y en a pas), simplement de vouloir vous mettre légèrement en garde contre la véracité de certaines informations de Wikipedia que certains semblent vouloir trop souvent prendre pour argent comptant. Mais continuons voulez-vous ?

« Le bondage a fait l’objet d’analyses philosophiques et psychanalytiques, qui se réfère à des fantasmes originaires qui ont pu être mis en scène par des créations artistiques. »

Nous sommes sauvés, le bondage à fait l’objet d’analyses philosophiques et psychanalitiques… Mais les dites analyses n’ont pas permis de déterminer que le bondage n’était pas forcément relié au bdsm, à l’humiliation ou a la douleur, et non il n’est pas non plus précisé une seule fois que celui ou celle qui se retrouve dans les cordes puisse y prendre du plaisir (en ce cas il faudra que je dise à ma petite amie qu’elle arrête de faire semblant de prendre du plaisir quand je l’attache, j’ai horreur de la simulation !) On tente ici de nous expliquer bien maladroitement qu’une floppée d’experts, qui n’ont donc probablement jamais pratiqué et qui doivent très certainement avoir autant de pratiques sexuelles qu’une moule au soleil, se sont penchés sur la question et en sont arrivés à la conclusion que le bondage se réfère à des fantasme… Belle analyse les gars, mais je crois que le premier péquenaud que vous auriez interrogé au fin fond de la brousse qui lui sert de village en serait arrivé à la même conclusion que vous. Bref…

« Cette définition en français du bondage comme « une pratique sadomasochiste qui consiste à attacher son partenaire dans le cadre d’une relation érotique ou sexuelle » est donnée par quelques dictionnaires, dont le Petit Robert 2012 »

C’est bien, on prends enfin un réel ouvrage comme référence, validé notamment par des lexicographes qui ont très certainement un poil plus raison que la flopée d’abrutis qui ont écrit cet article. Mais cela dit, je doute toutefois que les rédacteurs de cette définition ne soit venue se renseigner à la source, à savoir ceux qui pratiquent régulièrement. Je suppose que prendre comme référence les cons de psychiatres cités précédemment était un peu plus simple. Un peu plus simple certes, mais un poil réducteur tout de même non…?

« Les images, gravées en mémoire, qu’elles soient picturales ou cinématographiques, les lectures, et le vécu de l’Homme durant l’enfance, peuvent être à l’origine d’un fantasme originaire8 . La représentation des supplices de tout temps a marqué l’humanité, laissant des traces indélébiles dans l’inconscient collectif. »

Ah bah voilà, il fallait que ça tombe, et du coup ça vous donne une explication toute trouvée pour lier aussi stupidement bondage et sadomasochisme non ? Tout les gens qui aiment le bondage se rappellent bien évidemment des supplices du moyen-âge qu’ils n’ont jamais vécu (ou alors je veux voir leur certificat de naissance hein) et de ses tortures, et comme nous sommes de dangereux sadiques en puissance qui néanmoins ne voulons pas risquer la prison pour torture et meurtre, on se contente d’attacher nos partenaires ! Merci Wikipedia de m’éclairer de ton vif savoir ! Qu’aurais-je fait sans ta glorieuse lanterne pour me guider sur le chemin de ton ignorance et non de ta connaissance ?

« Selon Mo, « ce n’est pas un hasard si le fantasme de l’Inquisition et du bûcher est si répandu chez les soumises11. » Mo étant un homme dominateur pratiquant des jeux BDSM, il n’a pas spécifié que les hommes dominés partagaient, aussi, les mêmes fantasmes. »

Encore une fois, il ne s’agit que de moi, mais je doute si je propose à ma petite amie de la bruler sur un bûcher pour assouvir ses fantasmes (car si je l’attache, elle m’est automatiquement soumise rappelez-vous en !) elle me dise oui. En fait, je doute même qu’elle n’appelle pas la police pour me signaler comme dangereuse psychopathe. Celà dit, le temps que les messieurs bleus arrivent, je pourrais lui expliquer que j’ai lu tout ça sur Wikipedia, et elle soupirera en m’annonçant avec un sourire que si je l’ai lu sur Wikipedia, elle va chercher du bois pour le feu ! Merci encore Wikipedia.

Je vais m’arrêter là. Le reste de l’article n’est pas vraiment plus édifiant… Pas une fois le niveau n’est relevé, pas une seule fois quelqu’un ne c’est dressé contre ses définitions… Car vous comprenez, l’avis de quelques psys et du dictionnaire à plus de valeurs que l’avis de celui ou de celle qui pratique régulièrement et qui y prends du plaisir sans pour autant infliger ou recevoir la moindre douleur ou humiliation. Selon Wikipedia, j’attache ma petite amie mais ce n’est pas du bondage puisque :

1) Je ne l’humilie pas
2) Je ne lui fais pas mal
3) Je ne fais pas de scénarios. Nous restons toutes les deux nous mêmes.

Du coup Wikipedia… Juste une question, vous qui êtes si éclairés : Vous pouvez me dire ce que je pratique du coup ? J’étais persuadée que c’était du bondage mais à la lecture de votre article je dois bien avouer que j’en doute fortement à présent…

Pour finir… Vous voulez vous renseigner sur une pratique sexuelle que vous ne connaissez pas ? Demandez donc à ceux qui la pratiquent… Et il est évident que pas un seul des rédacteurs du torchon qui sert de support au dit article ne le fasse. Il n’y a qu’a regarder la partie « discussion » de l’article en question pour se rendre compte de cette vaste blague. Entre ceux qui sont d’accord, ceux qui ne le sont pas, et ceux qui se mettent à parler des frites irlandaises alors que ça n’as rien à foutre là, le pauvre voyageur égaré ne peux se fier alors qu’as l’article en lui même… qui raconte autant de conneries que la partie discussion, mais cette fois sans personne pour le contre-dire. Nous disions être entré dans l’ère de l’information grâce à internet… Depuis que Wikipedia est arrivé, la désinformation a fait son petit bonhomme de chemin elle aussi.

Bonne journée à tous.

PS : Pour ceux qui voudraient lire l’article, c’est par ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bondage