Archive | février, 2013

Le mutisme pour les nuls

22 Fév

Il n’y a pas grand-monde pour le savoir sur cette merveilleuse toile qu’est le web (ouais je viens de me répéter et alors ?) mais je suis muette. Attention hein, je ne dis pas ça dans le sens ou je ne parle pas beaucoup, mais dans le sens ou je ne parle pas du tout… et c’est de naissance. Je suis née sans cordes vocales, ce qui fait que je n’ai jamais pu parler, encore moins émettre le moindre son et que moi, contrairement à vous, je peux tousser et me racler la gorge sans faire de bruits ! (Oui oui je vous vois essayer dans le fond là bande de sagouins ! Inutiles vous n’y arriverez pas.)

Enfin bref, je ne fais pas cet article pour me plaindre de mon « handicap » puisque je ne le considère pas comme tel. En fait, je tient à recenser ici les 10 questions (ou affirmations) que l’on me dit tout le temps dès que j’annonce que je suis muette de naissance… Les questions que vous croyez tous poser pour la première fois et que j’ai déjà entendue des milliers de fois avant cela. Allez hop, sans transitions c’est partit !

1) Donc tu connais le langage des signes ?
Je suis muette, pas sourde…

2) Mais alors, comment tu as fait pour communiquer avec tes parents quand tu étais petite ?
Apparemment l’écriture a été inventée environ 4000 ans avant Jésus-Christ…

3) Mais d’accord, t’as pas de voix, mais tu peux murmurer non ?
Je dois me répéter ? Je suis muette DE NAISSANCE ! Je n’ai jamais appris à articuler des mots car je n’en avais aucune utilité. Croyez moi, quand un gosse se rends compte que rien ne sort de sa bouche, il s’emmerde pas à apprendre à parler hein.

4) Tu rêves que tu parles des fois ?
Je sais pas… Tu rêves que tu utilises le langage des signes des fois ? (Bin oui vous êtes pas les seuls à pouvoir poser des questions connes hein !)

5) Mais… Alors t’es allée dans une école spécialisée pour les gens comme toi !
Je tiens à préciser que j’adore le terme « les gens comme toi » qui me fait bien comprendre que je ne suis pas normale, un rebut de la société et que je suis tout juste bonne à aller étudier avec les déchets du même genre que moi ! Et bien non mes amis, je suis allée dans une école normale car mes parents se sont battus pour ça, et j’ai moi aussi passé des examens oraux… à l’écrit. J’écrivais en face du prof à mesure qu’il posait les questions. Oui c’est con, mais puisque j’étais dans une école publique pour enfants « normaux », les profs me disaient qu’il n’y aurait pas de traitements de faveurs. Maintenant grâce à ça, vous savez aussi que j’ai passé des examens oraux en étant muette… vous pourrez briller en soirée bande de chenapans !

6) Donc t’as pas de téléphone portable non ? Enfin je veux dire, c’est inutile pour toi !
Y a visiblement pas mal de monde qui a oublié que les téléphones portables de nos jours peuvent servir à écrire des sms, à surfer sur le net et même à envoyer des e-mails (si si, sortez donc de votre faille temporelle voyons !). Donc oui j’ai un téléphone portable, et oui j’ai des amis qui m’appellent. Des amis qui me connaissent et qui m’appellent pour me dire des choses auxquelles je n’ai pas à répondre.

7) Pourquoi tu n’utilises pas un de ces appareils que ceux qui ont eu un cancer de la gorge ils utilisent là ?
En premier lieu parce que, et je me répète, je ne sais pas articuler. Je n’ai jamais appris les mots. En deuxième lieu, tout simplement parce que c’est moche et pas féminin du tout… Et que j’ai beau être muette, je reste une femme qui n’as pas envie de passer pour un terminator dès qu’elle ouvre la bouche.

8) Haha, tu ne parles pas donc t’es la femme parfaite quoi !
Vient donc exposer tes couilles à proximité de mon genou et répète ça pour voir ?

9) Tu as une petite amie c’est ça ? Elle est muette elle aussi ?
Bien évidemment voyons. C’est bien connu. De même, tout les handicapés moteurs se mettent avec d’autres handicapés moteurs, tout les aveugles se mettent avec d’autres aveugles et tout les sourds avec d’autres sourds. On est réunis en caste et il ne faudrait surtout pas qu’on se mêle à la foule des gens « normaux » !

10) Tu n’as jamais pensé à te faire greffer des cordes vocales ?
Bon là… ça devient lourd mais je ne sais PAS parler. Même si la greffe des cordes vocales existait, je parviendrais sans doute à dire des trucs du genre « blourg blourg » « fjdiofsdo » avec mes lèvres… et ça me ferait paraître tellement intelligente !!! Et de deux… et bien la greffe des cordes vocales n’existe pas, et si elle existait… j’aurais un peu peur du résultat. Les médecins ne sont pas à l’abri d’une erreur et me retrouver avec la voix de Robert, 45 ans, camionneur de son état, c’est bof bof hein… A bien choisir je préfère encore le machin qu’utilisent ceux qui ont eu un cancer de la gorge.

Voilà… Evidemment, il y en a encore pleins d’autres, mais j’ai sélectionnée les plus récurrentes. Maintenant, si un jour vous tombez sur moi, vous saurez peut-être les questions qu’il ne faut pas me poser. A l’inverse, des questions banales du genre « qu’est-ce que tu fais dans la vie ? » ou « Quelles sont tes aspirations futures ? » je n’y ai absolument jamais droit. Voilà voilà. Un article un peu moins long mais… qui fut plaisant à écrire histoire de me décharger un peu de cette douce colère qui monte dès que j’entends une de ces questions à la con. Ce sera tout ! Bonne journée à vous tous.

Question bonus) Tu attaches ta petite amie, mais tu la bâillonnes pour te venger du fait de ne pas pouvoir parler hein ?
Non je le fais parce que ça m’excite connard.

Les programmes pour enfants d’aujourd’hui

10 Fév

Bon, avant toute choses, sachez que cet article a été écrit en 2013… Si vous le lisez en 2025, il est fort probable que les programmes pour enfants aient d’ici là changé (je l’espère en tout cas) et qu’il y ait eu d’autres articles d’autres blogs à ce moment pour vanter comment était plus que trop mieux les dessins-animés de 2013 !!! Heureusement pour moi, on est encore en 2013 et je vais pouvoir baver sur le sujet autant que je le souhaite sans que l’on me traite de vieille conne nostalgique… Ah, on me souffle dans mon oreillette que c’est tout de même bien possible que j’ai droit à ce genre d’appellation, 2013 ou pas. Tant pis ma foi, je suis une aventurière et j’aime le risque, et puis ce n’était pas comme si j’étais protégée derrière l’anonymat de mon écran, bien sûr que non ! Mais qu’allez-vous penser là voyons !

Enfin bref, au plus grand étonnement de certains j’en suis sûre, il se trouve qu’être lesbienne n’empêche pas d’avoir des neveux et nièces (et vu comment les lois sur les gays évoluent, il est bien possible que ces derniers puissent avoir des enfants eux même un jour, j’en frissonne d’avance pour eux et par extension pour moi), je ne parlerais pas ici de nos charmantes têtes blondes au risque de me faire sauvagement assassinée contredire par une horde de mères de familles qui m’affirmeront que leurs enfants sont de véritables petits anges, qu’ils sont la meilleure chose qui leur soit arrivée… Je ne digresserais pas non plus sur le fait que « la meilleure chose au monde » de mon point de vue n’est pas de ne plus avoir une minute à soi et de devoir toujours s’occuper de ces espèces de moitiés d’humains baveux, criards et irrespectueux, sans parler des nombreuses heures de sommeil perdue qui ne seront jamais retrouvée car ces machins là n’en ont rien à foutre que vous bossiez de nuit ou que vous n’ayez pas assez dormit. Et pour ceux qui me répondraient que j’en ai effectivement parlé dans les lignes précédentes… et bien chapeau les amis, quel sens de l’observation. Le second degré ça vous parle ?

Enfin bref, que les enfants soient ce qu’ils sont, à savoir vaguement intelligents et très très vaguement pourvu d’un sens logique (« est-ce que je saute dans les orties à pieds nus ? Bien sûr que oui ! »), je ne le leur reproche pas le moins du monde. La plupart (pas tous malheureusement) changeront avec l’âge adulte, se responsabiliseront et auront peut-être même des postes de fonctionnaires dans une entreprise ayant pignon sur rue allez savoir. Cependant, au vu de la propension qu’ont à les prendre pour de sombres crétins la plupart de créateurs de programmes jeunesses, je doute que ces derniers puissent finir autrement qu’en dealer de drogue hurlant « CHIPEUR ARRÊTE DE CHIPER ! » dès que quelqu’un essayera maladroitement de partir avec sa dose sans payer.

Pour ceux qui ne verraient pas ou je veux en venir, il se trouve que j’ai eu la « chance » de pouvoir regarder avec mon neveu de 5 ans l’un de ses programmes préférés, à savoir « Dora l’exportatrice l’exploratrice ». Peut-être certains me traiteront ils d’ignorantes écervelées, mais avant ce jour maudit, j’avais la chance de ne jamais avoir entendu parler de cette sombre conne ayant la sale manie de toujours regarder la caméra pour demander aux enfants qu’ils lui indiquent ou elle doit aller alors qu’il lui suffirait de se servir de son putain de cerveau pour tourner la tête et voir la direction à prendre qui est toujours à 50 centimètres derrière elle, mais on me souffle dans l’oreillette (encore) qu’il est possible que la demoiselle n’en ait pas, ceci expliquerait donc cela. Pour ceux qui ne l’auraient pas compris, je voue une haine assez féroce à ce genre de programmes « éducatifs » pour les enfants. Je ne dis pas que vouloir leur apprendre des choses est le mal incarné, ne déformez pas mes pensées, mais tout simplement qu’il y a la manière de le faire. Demander aux enfants de répéter un mot en anglais, ou lui demander son avis toutes les 10 secondes pour voir s’il a bien suivit, c’est clairement le prendre pour un débile mental dépourvu de neurones.

Je suis adulte, j’ai pour ma part grandit avec Ulysse 31, les mystérieuses cités d’or ou Cat’s Eyes, sans oublier Ken le survivant, Dragon Ball z, les malheurs de Sophie et tout ces autres dessins-animés dont l’animation est tellement bâclée qu’elle ferait exploser de rire quelqu’un se servant pour la première fois d’un animateur de gif. Même si la qualité n’était pas toujours au rendez-vous, que le scénario volait rarement plus haut que le cul d’un babouin et que l’animation était (très souvent) à la ramasse, aucun de ces dessins-animés n’as jamais eu d’autres prétentions que de me divertir. Est-ce que j’en suis plus conne aujourd’hui ? Est-ce que le fait qu’il n’y ait pas eu de « Dora » et autres « Diego » pour m’enseigner des trucs aussi basique que simplement regarder devant soi afin de ne pas avoir à demander son chemin à tout le monde m’as rendue stupide ? La réponse est tout simplement non.

Plus que ces programmes éducatifs, je peine encore plus à comprendre ces mères qui annoncent que ces programmes éducatifs ne font pas de mal, que grâce à ça, leur enfant à appris pleins de mots en anglais et à développer son sens logique ! Mesdames… désolée de vous décevoir, mais votre enfant, pour peu qu’il se mette plus tard dans sa vie à utiliser internet (ce qui me semble logique puisqu’il devient de plus en plus difficile de s’en passer), apprendra bien plus de mots anglais avec ce médium en particulier. Après, il est vrai qu’ils en apprendront peut-être un peu trop… On doute encore du fait que Dora apprenne les mots « fist-fucking » et « Sodomy » aux enfants, mais puisque vous êtes tellement fière qu’il arrive à dire « Daddy » ou « Sand » (les 3/4 du temps sans même comprendre eux même ce que ça peux bien vouloir dire), vous ne devriez pas trop vous sentir offusquée par les mots précédents non ? Ensuite… le sens logique. A moins d’avoir fait un gamin dépourvu de cerveau, son sens logique se développera naturellement en grandissant sans avoir besoins d’émissions éducatives.

Et puis… juste une dernière petite chose quand même hein, juste comme ça… Les enfants ont un truc merveilleux qui s’appelle l’école et qui leur permet d’apprendre tout pleins de choses. Je ne sais pas si vous vous rendez compte qu’en mettant ce genre de programmes à vos enfants, ils vont finir par saturer un jour ou l’autre. Un enfant à besoin de se détendre, de regarder des dessins-animés « pour rire » ou on ne lui apprends rien, mais juste une histoire avec un début et une fin. Mesdames les mères de famille, il est fort probable que vous ayez grandit avec les mêmes dessins-animés que moi et il semble que ça ne vous ait pas rendue plus conne que vos enfants… Alors pourquoi ne pas leur montrer ceux là ?

Pour finir sur une note pas du tout objective : Oui, les dessins-animés d’aujourd’hui c’est d’la merde.

Bonne journée à tous.

Le bondage selon kikipedia

9 Fév

De quoi ? Vous vous attendiez à ce que je me présente ? A ce que je vous explique la raison d’être de ce nouveau blog qui vient polluer la toile et dont l’administratrice qui sait toujours mieux tout que tout le monde puisqu’il s’agit de SON avis et non pas du VOTRE vous l’explique ? (Si vous avez lu cette dernière phrase en pensant qu’il ne s’agit pas d’ironie, vous êtes prié de me foutre le camp séance tenante, je n’ai pas envie d’héberger des cas sociaux qui ignorent la définition du second degré, merci bien j’ai eu mon quota ce mois-ci.) D’un autre coté, si vous êtes ici pour repérer mes fautes de syntaxes et d’orthographes, vous allez pouvoir vous en donner à cœur joie mais il n’est pas dit que je ne vous ignorerais pas. Je suis ici pour faire partager mon ignorance savoir, pas pour autre chose.

Enfin bref, puisque je n’ai pas l’intention de me présenter et que visiblement vous n’avez pas plus envie de savoir quel genre de fille je peux bien être, autant commencer directement avec l’article en lui même, celui qui donne sa raison d’être à l’article qui a forcément attirer votre œil.

Peut-être vous êtes vous découvert dernièrement une certaine attirance pour le bondage, ou peut-être que, simplement, ayant entendu ce mot pour la première fois, vous avez décidé de le taper sur google. Je ne dirais pas qu’il s’agit d’un coup de chance si vous êtes tombé sur mon article plutôt que sur le lien décrivant le bondage selon Wikipedia en premier, mais je pourrais au moins vous dire que vous n’allez pas alimenter votre cerveau avec de l’ignorance crasse vous donnant curieusement l’impression de savoir quelque-chose mieux que les autres (curieux mélange je sais).

Résumons par la simple phrase de Sizefac, un youtuber que j’aime bien : Wikipedia, c’est un site rédigé par des gens qui n’y connaissent rien et approuvé par d’autres personnes qui s’y connaissent encore moins. Le fait que ce truc possède l’appellation d’encyclopédie me dépasse encore pour tout vous avouer, mais qui suis-je moi, nouvelle blogueuse fraichement débarquée sur wordpress pour les remettre en question ? En fait, je ne suis personne en particulier, mis à part quelqu’un qui aime le bondage et le pratique maintenant depuis plusieurs années sans faillir et qui, je pense, à un peu plus vocation à avoir raison qu’un con de site qui se base sur l’avis de psychiatres qui n’ont très certainement jamais pratiqué cet art ou sur la définition du petit Robert qui se révèle être plus formelle que véritablement instructive. Vous me direz qu’un psychiatre à étudié le cerveau humain, la psychologie et tout ce qui se rapporte à notre être psychique, et je pourrais tout aussi bien vous répondre que les babouins dansent la macarena les soirs de pleine lune lorsque personnes ne les regardent. (Et non, je ne vais pas le moins du monde me sentir obligée de vous expliquer le pourquoi du comment de ma contre-expertise. Il s’agit de mon blog et, sauf erreur de ma part, j’y écris encore ce que je souhaite sans avoir à vous demander votre avis il me semble.)

Mais bon… étudions donc ensemble vous et moi pourquoi se fier à Kikipedia pour savoir en quoi consiste le bondage est une erreur d’appréciation et/ou de jugement.

D’habitude, lorsqu’un site s’engage à parler d’un sujet qu’il ne connaît pas, il va vaguement se renseigner quelque-part pour avoir un début d’article un tant soi peu professionnel puis une fois que le lecteur est bien pris dans la lecture, c’est à ce moment là qu’on lui balance des conneries de préjugés en pleine gueule, au moment ou son esprit se révèle être en fait le plus apte à gober n’importe quelle idiotie puisque le cerveau a été conforté dans l’idée qu’il s’agissait de quelque-chose de sérieux, le début de l’article en étant la preuve. Chez Wikipedia, on ne s’embarrasse pas de ce genre de considérations, on raconte des conneries dès la première phrase… Mais jugez plutôt :

« Le bondage est une pratique sadomasochiste qui consiste à attacher son partenaire dans le cadre d’une relation érotique ou sexuelle. »

Aha… Si on allait voir la définition de sadomasochisme maintenant ? Non pauvre malheureux ! Lâchez ce dictionnaire voyons ! Vous êtes sur Wikipedia, l’antre du savoir et de la science, ne quittons pas ce puits de connaissance et regardons ce qu’est leur définition voulez-vous ?

« Le sigle BDSM (pour « Bondage, Discipline, Domination, Soumission, Sadomasochisme ») désigne une forme d’échange contractuel utilisant la douleur, la contrainte, l’humiliation ou la mise en scène de divers fantasmes dans un but érogène. Et au centre des pratiques sadomasochistes et fondé sur contrat entre deux parties (pôle dominant et pôle dominé), le BDSM fait l’objet de pratiques très variées. »

En premier lieu, je ne m’attarderais pas sur le BDSM puisque je ne le pratique pas. Comment ? Je ne pratique pas le BDSM alors que j’ai dis un peu plus haut que j’étais une pratiquante du bondage ? Et bien oui mes chers amis, aussi incroyable que cela puisse paraître, le bondage et le BDSM ne sont PAS liés intrinsèquement comme tente de nous le faire croire Kikipedia, l’encyclopédie librement inspirée des plus grands idiots de la planète (quand ce n’est pas les dits idiots eux même qui y écrivent). Mais… Mais comment est-ce possible ? Wikipedia m’aurait mentit !

Bah, je suis au regret de vous dire que oui, Wikipedia vous a bel et bien mentit. Ce qu’oublie de préciser wikipedia sur son article sur le bondage, c’est que le sadomasochisme est une pratique impliquant (le plus souvent) de la douleur et/ou de l’humiliation… Et non, je n’ai pas volontairement écarté le mot « contrainte » contrairement à ce que pourraient croire les mauvaises langues, il n’a juste pas lieu d’être ici. Attention, je ne dis pas que le bondage ne peux pas ne pas être pratiqué sans masochisme ou sadomasochisme, je dis juste qu’il est possible d’attacher sa partenaire sans pour autant l’humilier, lui faire couler de la cire de bougie sur le dos ou faire semblant d’être Chuck Norris qui achève un méchant. Je sais que ça vous paraît incroyable… Je ne suis pas une experte, mais qui allez-vous favoriser ? Celle qui pratique cet art depuis maintenant bientôt presque 10 ans, ou le site qui se réfère à des psychiatres et des ignorants ?

Je vous sens indécis et c’est bien normal. Vous n’êtes pas en terrain connu et je n’ai pas non plus la prétention de vouloir vous remettre sur le droit chemin (puisqu’il n’y en a pas), simplement de vouloir vous mettre légèrement en garde contre la véracité de certaines informations de Wikipedia que certains semblent vouloir trop souvent prendre pour argent comptant. Mais continuons voulez-vous ?

« Le bondage a fait l’objet d’analyses philosophiques et psychanalytiques, qui se réfère à des fantasmes originaires qui ont pu être mis en scène par des créations artistiques. »

Nous sommes sauvés, le bondage à fait l’objet d’analyses philosophiques et psychanalitiques… Mais les dites analyses n’ont pas permis de déterminer que le bondage n’était pas forcément relié au bdsm, à l’humiliation ou a la douleur, et non il n’est pas non plus précisé une seule fois que celui ou celle qui se retrouve dans les cordes puisse y prendre du plaisir (en ce cas il faudra que je dise à ma petite amie qu’elle arrête de faire semblant de prendre du plaisir quand je l’attache, j’ai horreur de la simulation !) On tente ici de nous expliquer bien maladroitement qu’une floppée d’experts, qui n’ont donc probablement jamais pratiqué et qui doivent très certainement avoir autant de pratiques sexuelles qu’une moule au soleil, se sont penchés sur la question et en sont arrivés à la conclusion que le bondage se réfère à des fantasme… Belle analyse les gars, mais je crois que le premier péquenaud que vous auriez interrogé au fin fond de la brousse qui lui sert de village en serait arrivé à la même conclusion que vous. Bref…

« Cette définition en français du bondage comme « une pratique sadomasochiste qui consiste à attacher son partenaire dans le cadre d’une relation érotique ou sexuelle » est donnée par quelques dictionnaires, dont le Petit Robert 2012 »

C’est bien, on prends enfin un réel ouvrage comme référence, validé notamment par des lexicographes qui ont très certainement un poil plus raison que la flopée d’abrutis qui ont écrit cet article. Mais cela dit, je doute toutefois que les rédacteurs de cette définition ne soit venue se renseigner à la source, à savoir ceux qui pratiquent régulièrement. Je suppose que prendre comme référence les cons de psychiatres cités précédemment était un peu plus simple. Un peu plus simple certes, mais un poil réducteur tout de même non…?

« Les images, gravées en mémoire, qu’elles soient picturales ou cinématographiques, les lectures, et le vécu de l’Homme durant l’enfance, peuvent être à l’origine d’un fantasme originaire8 . La représentation des supplices de tout temps a marqué l’humanité, laissant des traces indélébiles dans l’inconscient collectif. »

Ah bah voilà, il fallait que ça tombe, et du coup ça vous donne une explication toute trouvée pour lier aussi stupidement bondage et sadomasochisme non ? Tout les gens qui aiment le bondage se rappellent bien évidemment des supplices du moyen-âge qu’ils n’ont jamais vécu (ou alors je veux voir leur certificat de naissance hein) et de ses tortures, et comme nous sommes de dangereux sadiques en puissance qui néanmoins ne voulons pas risquer la prison pour torture et meurtre, on se contente d’attacher nos partenaires ! Merci Wikipedia de m’éclairer de ton vif savoir ! Qu’aurais-je fait sans ta glorieuse lanterne pour me guider sur le chemin de ton ignorance et non de ta connaissance ?

« Selon Mo, « ce n’est pas un hasard si le fantasme de l’Inquisition et du bûcher est si répandu chez les soumises11. » Mo étant un homme dominateur pratiquant des jeux BDSM, il n’a pas spécifié que les hommes dominés partagaient, aussi, les mêmes fantasmes. »

Encore une fois, il ne s’agit que de moi, mais je doute si je propose à ma petite amie de la bruler sur un bûcher pour assouvir ses fantasmes (car si je l’attache, elle m’est automatiquement soumise rappelez-vous en !) elle me dise oui. En fait, je doute même qu’elle n’appelle pas la police pour me signaler comme dangereuse psychopathe. Celà dit, le temps que les messieurs bleus arrivent, je pourrais lui expliquer que j’ai lu tout ça sur Wikipedia, et elle soupirera en m’annonçant avec un sourire que si je l’ai lu sur Wikipedia, elle va chercher du bois pour le feu ! Merci encore Wikipedia.

Je vais m’arrêter là. Le reste de l’article n’est pas vraiment plus édifiant… Pas une fois le niveau n’est relevé, pas une seule fois quelqu’un ne c’est dressé contre ses définitions… Car vous comprenez, l’avis de quelques psys et du dictionnaire à plus de valeurs que l’avis de celui ou de celle qui pratique régulièrement et qui y prends du plaisir sans pour autant infliger ou recevoir la moindre douleur ou humiliation. Selon Wikipedia, j’attache ma petite amie mais ce n’est pas du bondage puisque :

1) Je ne l’humilie pas
2) Je ne lui fais pas mal
3) Je ne fais pas de scénarios. Nous restons toutes les deux nous mêmes.

Du coup Wikipedia… Juste une question, vous qui êtes si éclairés : Vous pouvez me dire ce que je pratique du coup ? J’étais persuadée que c’était du bondage mais à la lecture de votre article je dois bien avouer que j’en doute fortement à présent…

Pour finir… Vous voulez vous renseigner sur une pratique sexuelle que vous ne connaissez pas ? Demandez donc à ceux qui la pratiquent… Et il est évident que pas un seul des rédacteurs du torchon qui sert de support au dit article ne le fasse. Il n’y a qu’a regarder la partie « discussion » de l’article en question pour se rendre compte de cette vaste blague. Entre ceux qui sont d’accord, ceux qui ne le sont pas, et ceux qui se mettent à parler des frites irlandaises alors que ça n’as rien à foutre là, le pauvre voyageur égaré ne peux se fier alors qu’as l’article en lui même… qui raconte autant de conneries que la partie discussion, mais cette fois sans personne pour le contre-dire. Nous disions être entré dans l’ère de l’information grâce à internet… Depuis que Wikipedia est arrivé, la désinformation a fait son petit bonhomme de chemin elle aussi.

Bonne journée à tous.

PS : Pour ceux qui voudraient lire l’article, c’est par ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bondage